ONDA, prisons, Tanger Med, ADM: qui sont les nouveaux patrons

H24info
De g. à d. : Fouad Brini (Tanger Med), Mohamed Saleh Tamek (prisons), Zouhair Mohamed El Oufir (ONDA) et Anouar Banazzouz (ADM)

De g. à d. : Fouad Brini (Tanger Med), Mohamed Saleh Tamek (prisons), Zouhair Mohamed El Oufir (ONDA) et Anouar Banazzouz (ADM) © MAP

Le Conseil des ministres, qui s’est tenu ce lundi au Palais royal de Marrakech, a été l’occasion d'entériner plusieurs nominations à de hautes fonctions, dont certaines avaient fuité dans la presse.

Plusieurs hauts responsables ont passé la main à de nouveaux profils qui présideront aux destinées de plusieurs établissements publics d’envergure. H24info vous présente les nouveaux, et revient sur le passage des désormais ex. 

ONDA
In: Zouhair Mohamed El Oufir, “l’homme des décollages”
L’information la plus inattendue est celle du départ de Dalil Guendouz, qui est désormais ex-directeur de l’ONDA (Office national des aéroports). Le roi a nommé Zouhair Mohamed El Oufir, sur proposition du chef du gouvernement et à l’initiative de Aziz Rebbah, ministre de l’Équipement et des Transports. Le nouveau patron des aéroports est un connaisseur du secteur de l’aérien. Il a présidé aux destinées d’Atlas Blue, filiale de la RAM. Issu d’un milieu modeste, cet ingénieur de formation a aussi réussi à faire d’Air Sénégal International une entreprise rentable. Un coup de maître qui lui a valu le surnom de «l’homme des décollages» comme le rapportait, dans un portrait, l’hebdomadaire la Vie Eco.
 
Out : Dalil Guendouz: un (trop) lourd héritage
Il était présenté comme l’homme de la grande restructuration d’un Office national des aéroports ayant souffert de dilapidations et détournements par le précédent management. Des dysfonctionnements et irrégularités relevés dans le rapport 2008 de la Cour des comptes et que Dalil Guendouz n’a pas réussi à éponger, quatre ans après sa nomination… et à un moment où le développement de nombreux secteurs, le tourisme en premier, passe aussi par les aéroports.
 
Administration des prisons
In : Mohamed Salah Tamek, le sahraoui diplomate
La nomination de Mohamed Salah Tamek au poste de Délégué général de l'Administration pénitentiaire et de la réinsertion est moins surprenante, car elle avait fuité dans la presse. Il prend ainsi le fauteuil laissé vacant par Hafid Benhachem, révoqué suite au scandale du DanielGate en août 2013. Mohamed Saleh Tamek, un Sahraoui, cadre du ministère de l’Intérieur et ancien ambassadeur en Norvège, semble une réponse aux critiques sur la gestion du dossier des prisonniers sahraouis.
 
Out : Hafid Benhachem, dommages collatéraux
Il aura toute sa vie servi un establishment dont il ne connaît que trop les rouages, et c’est peu dire, avant d’en être, au propre et au figuré, remercié. D’aucuns s’en souviennent, Hafid Benhachem a quitté l’administration pénitentiaire des suites de l’affaire du pédophile espagnol gracié par erreur. Il aura été le premier, et visiblement le seul, haut responsable à payer le prix de ce que les autorités ont qualifié au moment de sa révocation de «défaillance».
 
Agence spéciale Tanger-Méditerranée
In : Fouad Brini, l’ingénieur activiste
Et le plus probable arriva. Fouad Brini, directeur de l’Agence du Nord (APDN) depuis 2006 remplace Mohamed Hassad à la tête du Conseil de Surveillance de l'Agence spéciale Tanger-Méditerranée. Le nom de ce Rifain, ingénieur pur et dur et homme de terrain, circulait en coulisses depuis de nombreuses semaines. Avant d'arriver à l’APDN, Fouad Brini avait réalisé la totalité de sa carrière dans le secteur privé. Il a été président de l’Apebi (Association professionnelle des technologies de l'information) en 1998 et membre très actif du patronat, au sein de la CGEM. Son intérêt pour le travail associatif le fait remarquer, et c’est ainsi qu'il intègre les arcanes des grands établissements étatiques.
 
Out : Mohamed Hassad, une question de charges
La nomination d’un remplaçant n’était qu’une histoire de temps puisque cela fait plus de trois mois que, techniquement, Mohamed Hassad n’était plus le président du conseil de surveillance de l’Agence Tanger-Med. Ses nouvelles responsabilités de ministre ne lui laissaient sans doute pas de temps pour se consacrer à TMSA qui a atteint sa vitesse de croisière.
 
Autoroutes du Maroc
 
In : Anouar Benazouz, le proche de Rebbah
C’est un homme, jugé proche d’Aziz Rebbah, qui va désormais présider aux destinées d’Autoroutes du Maroc. Et pour cause, Anouar Benazouz est l’ancien directeur de cabinet du ministre. Notre confrère le360 croit même savoir qu’il a désormais la casquette du parti de la lampe, qu’il aurait intégré récemment.
 
Out : Othmane Fassi Fihri, mission accomplie
La fin de sa mission en tant que directeur général d’Autoroutes du Maroc tient de la mission accomplie. D’autant qu’Othmane Fassi Fihri a battu un véritable record de longévité dans le même poste, puisqu’il y est depuis 1997. Un «mandat» tout au long duquel le Maroc est passé de quelque 100 à près de 1.800 kilomètres aujourd’hui. Des chantiers bien menés, tenus dans les délais (ou presque) et qui font aujourd’hui la fierté des équipementiers marocains.

Vos commentaires

Envoyer à un ami

ONDA, prisons, Tanger Med, ADM: qui sont les nouveaux patrons